« 11e BLITZ DES PYRAMIDES | Accueil | MON WEEK END EN MODE ECHECS... »

09/11/2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Serge Grimaldi

M. Moingt,
je ne sais pas si la pratique des nulles de salon est courante ni si elle est si préjudiciable que ça au développement des échecs. C'est possible. Pas sûr.
En revanche, je m'interroge sur l'impact d'une interdiction totale de la nulle par consentement mutuel auprès des plus jeunes et des joueurs "moyens" dans mon genre : devra-t-on se forcer à jouer des finales F+1P contre T+1p ? Devrais-je abandonner pour abréger mes souffrance ? Les Pou et Ppo confrontés à une finale manifestement nulle auront-ils droit d'être ravitaillés en vol pour survivre à leur méconnaissance de la règle des 50 coups et à leurs parties en 248 coups ? Tout ceci n'est-il pas un tantinet exagéré jusqu'au ridicule ?

Alain Villeneuve

Bonjour Jean-Claude
("Monsieur le président" est trop pompeux, à la rigueur "mon capitaine" en souvenir de Clichy)

Les échecs sont un sport, certes, mais ne sont pas seulement un sport. De tout temps, on les a considérés comme à la fois un jeu, un art, une science et un sport. J'ai apprécié la boutade de Samaranch, mais je ne crois pas que notre activité ait vocation à devenir un sport olympique. La limiter à cette dimension est l'amoindrir, même lui faire injure.

Je suis résolument opposé à cette phobie anti-nulles, qui empoisonne la vie des joueurs depuis 2005, et prend en ce moment une tournure quasi hystérique. Non, cette évolution n'est pas "une bonne chose". Elle ne va pas "dans le bon sens", mais à l'opposé. Elle dénature notre jeu, où l'équilibre des forces est normal, et la nulle une issue logique (les comparaisons avec les "autres sports" n'ont aucun sens). Elle veut instaurer une insupportable dictature arbitrale en prétendant dicter aux joueurs leur conduite.

Elle est simplement grotesque sur le plan sportif, ouvrant la voie à toutes sortes de magouilles et mascarades. Tout cela fut amplement développé sur un forum que, je suppose, tu dois visiter de temps en temps.

Mais elle déplaît encore davantage aux trois autres groupes :

-- le simple joueur souhaite parfois abréger la partie, pour diverses raisons ; après tout, ce n'est qu'un jeu, non ?

-- l'artiste veut souffler après une belle et difficile partie jouée la veille, spécialement une longue finale ; il répugne à la laideur que peut engendrer sa fatigue ; est-ce un art, oui ou non ?

-- le scientifique persuadé qu'une position n'a plus un intérêt suffisant, préfère abréger, si son adversaire est d'accord ; sa recherche de la vérité est assez difficile comme cela, pour perdre du temps sur ce qu'on sait déjà ; c'est une science, non ?

Il y aurait encore beaucoup à dire mais je dois, aussi, abréger !

JCM

Mon Cher Marquis,
Quand je parlais de « puristes » dans mon article, je pensais évidemment à des joueurs comme toi et tout ce que tu dis ou presque, je l’approuve. Mais dans ton commentaire, tu as omis de parler du rôle éducatif du jeu d’échecs (50% de nos licenciés ont moins de 13 ans…). Dans notre société en perte de repère et de valeur, il me semble important de lutter contre des dérives et le cynisme ambiant. Et malheureusement, notre sport n’est pas épargné… Alors bien entendu, ce n’est pas une solution technique qui va régler un problème moral. Mais il y a deux façons de fonctionner ; soit on se résigne, soit nous essayons de lutter pour tenter de changer les choses. Peut-on accepter que des joueurs se moquent des organisateurs, des partenaires, des spectateurs, des internautes… en faisant des nulles de salon ? Peut-on accepter que des jeunes à peine plus âgés d’une dizaine d’années imitent leurs ainés ? Peut-on accepter que des joueurs planifient (en ayant déjà scellé des nulles sans jouer) leur tournoi avant même le début de la 1ère ronde ?
Alors bien entendu, il y aura toujours des petits malins qui vont s’arranger avant la partie et nous pondre un simulacre de combat avec un magnifique perpétuel à la fin. Oui parfois il est important de s’accorder une « ronde de repos ». Je l’ai souvent fait ! Après l’éternelle question est ; faut-il uniquement l’appliquer pour les professionnels où les Echecs spectacle ? Mon avis est clair, les règles doivent être les mêmes pour tout le monde. Et la très grande majorité des joueurs qui nous demandent d’agir sur le haut niveau pour lutter contre les nulles de salon ne souhaiteraient pas que nous l’appliquions pour eux ? Donc ok pour faire le ménage chez les autres, mais pas chez soi en quelque sorte. Un grand classique !
Pour moi, il reste un débat ; les règles Corses ou de Sofia ? Sincèrement je ne sais pas. Et puis pour conclure, Corse ou Sofia, je n’y suis pas favorable pour les compétitions par équipes.

Jean-Claude Moingt

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Agenda

  • Samedi 14 novembre à 15h : Blitz des Pyramides de Port Marly
  • Vendredi 13 novembre à 19h30 : Blitz du Grand Echiquier à Asnières
  • Dimanche 8 novembre : Coupe de France 1er Tour
  • Jeudi 5 novembre à 9h: Table ronde Europ Assistance à Lyon avec le Forum pour la Gestion des Villes
  • Samedi 17 et dimanche 18 octobre> : LGE-Bruxelles à Asnières dans le cadre du Mémorial Daniel Pergericht
  • Jeudi 15 octobre : Conférence à Strasbourg sur les marchés publics avec le Forum pour la Gestion des Villes
  • Dimanche 4 octobre à 14h15 : Nationale 2 LGE-Issy les Mx
  • Samedi 3 octobre à 15h : Blitz des Pyramides de Port Marly

octobre 2015

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31